Comment tester la carence en progestérone

AccueilMédecine, santé, paramédical, hygiène

Comment tester la carence en progestérone

En général, une analyse de sang est effectuée pour détecter le niveau de progestérone dans le corps. Parcourez cet article pour avoir un bref aperçu de la carence en progestérone et du test permettant de diagnostiquer cette pathologie

La carence en progestérone est un problème de santé publique.

Le corps humain produit diverses hormones qui jouent un rôle essentiel dans son fonctionnement normal. Des variations dans les niveaux normaux d’hormones peuvent créer des problèmes de santé. De telles variations peuvent être observées à différentes étapes de la vie, comme la puberté, l’accouchement, la ménopause, etc. Si les hommes comme les femmes sont soumis à ces variations, le terme de déséquilibre hormonal est surtout associé aux femmes. En ce qui concerne les femmes, l’œstrogène et la progestérone sont les deux principales hormones et sont donc souvent appelées hormones féminines. En fait, ces deux hormones se retrouvent également chez les hommes. Cependant, c’est chez les femmes qu’elles ont un rôle beaucoup plus évident.

Les œstrogènes et la progestérone sont responsables de l’ovulation, des menstruations, de la grossesse, du maintien de la grossesse, des fausses couches et de l’accouchement. En dehors de cela, ils sont également liés au métabolisme et à diverses autres fonctions corporelles. Si vous avez des connaissances de base sur les problèmes qui peuvent être causés par l’augmentation et la diminution des niveaux d’œstrogène et de progestérone, vous serez en mesure d’identifier le problème et de le traiter. Si vous rencontrez un tel déséquilibre hormonal, votre médecin peut vous conseiller de vérifier les niveaux d’hormones.

Déficience en progestérone

Le déséquilibre hormonal peut être ressenti aussi bien par les hommes que par les femmes, mais il est surtout observé chez ces dernières. Dans le cas des femmes, les œstrogènes et la progestérone sont connus pour causer de tels problèmes. La carence en progestérone peut être ressentie par les hommes comme par les femmes. Chez les femmes, cette affection peut se développer à un stade précoce de la vie et peut également provoquer un large éventail de symptômes. Chez les hommes, de faibles niveaux de progestérone peuvent se développer après l’âge de cinquante ans. Ce n’est pas le cas chez les femmes, qui sont sujettes à une carence en progestérone, lorsqu’elles atteignent l’âge de 30 à 35 ans.

La carence en progestérone chez la femme peut être causée par différents facteurs, comme l’alimentation, la sédentarité, le stress, l’utilisation de la pilule contraceptive, le traitement hormonal substitutif et les troubles thyroïdiens ou surrénaliens. Cette condition peut entraîner divers problèmes de santé qui peuvent se traduire par des symptômes légers à graves. Ces symptômes comprennent le syndrome prémenstruel, les sautes d’humeur, la baisse du désir sexuel, la fatigue extrême, l’amincissement des cheveux, les variations de la glycémie, les menstruations irrégulières, les pertes de mémoire, l’insomnie, l’infertilité et même les fausses couches. Afin de détecter cette pathologie, vous pouvez être amené à vérifier le taux de progestérone dans votre organisme.

la carence en progestérone

Test de dépistage de la carence en progestérone

La carence en progestérone est généralement détectée par une prise de sang, qui révèle les variations du taux de l’hormone. Même si les tests salivaires sont dits utiles pour détecter cette affection, ils ne sont pas considérés comme concluants. On dit également qu’une hausse ou une baisse du taux de progestérone peut être mesurée à l’aide d’un thermomètre basal qui indique une hausse ou une baisse correspondante de la température. Cependant, c’est l’analyse sanguine qui est généralement effectuée pour détecter un faible taux de progestérone. Voici quelques facteurs importants associés aux tests de progestérone.

  • Un test de contrôle de la progestérone est recommandé aux femmes confrontées à des problèmes tels que l’infertilité ; pour garder une trace de l’ovulation, et des effets des médicaments pour l’ovulation ; pour détecter une grossesse extra-utérine ou une fausse couche. Il est également entrepris pour surveiller la sécurité de la grossesse chez les femmes qui utilisent des suppléments de progestérone, et celles qui ont des saignements utérins anormaux sans grossesse. Il est également utilisé pour diagnostiquer certains types de cancers, les troubles des glandes surrénales et pour détecter un déséquilibre hormonal chez les femmes de plus de 30 ans.
  • Le taux de progestérone augmente après l’ovulation et chute avant les règles. Alors qu’un seul test de progestérone sera suffisant pour déterminer l’état dans certains cas, il sera effectué en série, chez certaines personnes, notamment celles qui ont des problèmes d’infertilité. Parfois, ce test doit être fait en conjonction avec d’autres tests hormonaux.
  • En ce qui concerne la préparation du test, il peut vous être demandé d’arrêter de prendre des médicaments contenant des hormones, comme la progestérone ou les œstrogènes (notamment les pilules contraceptives), pendant une période stipulée avant le test. Si vous avez subi des tests, des procédures médicales ou un traitement avec des substances radioactives, veillez à en informer le médecin, car ils peuvent affecter l’exactitude des résultats. Certains médicaments, comme l’ampicilline et un effort physique excessif avant le test, peuvent également affecter les résultats du test.
  • L’interprétation du résultat d’un test de progestérone repose sur différents facteurs, comme le stade du cycle menstruel (lorsque le test a été effectué), les symptômes spécifiques et les problèmes de santé des femmes, les autres niveaux hormonaux, etc. Un taux de progestérone faible ou élevé peut indiquer divers problèmes de santé. Alors qu’un faible taux de progestérone peut indiquer des problèmes d’ovulation, une fausse couche, une grossesse ratée, etc…, un taux élevé peut être causé par une grossesse molaire, un cancer des ovaires, un cancer des glandes surrénales, une production excessive de l’hormone par les glandes surrénales, etc…

Niveaux normaux de progestérone

Dans le cas d’une femme enceinte, le taux de progestérone peut varier entre 10 et 44 ng/mL au cours du premier trimestre, 19,5 à 82,5 ng/mL au cours du deuxième trimestre, et 65 à 290 ng/mL au cours du troisième trimestre. En ce qui concerne les menstruations, elle sera inférieure à 1 ng/mL pendant la première moitié du cycle, et s’élèvera à environ 2 à 25 ng/mL pendant la seconde moitié. Après la ménopause, on constate que le taux normal de progestérone est inférieur à 1 ng/mL. Ce taux (inférieur à 1 ng/ml) est également le taux normal de progestérone chez les hommes. Ce qui précède n’est qu’un aperçu général du test de dépistage de la carence en progestérone. Si vous ressentez l’un des symptômes associés à cette affection, contactez votre prestataire de soins de santé et faites-vous diagnostiquer et traiter.

Disclaimer : Cet article est uniquement destiné à des fins d’information et ne doit pas être utilisé en remplacement d’un avis médical spécialisé.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0