Vegan : comment acheter des produits sans cruauté animale

AccueilBeauté, cosmétique, soins, parfum, maquillage

Vegan : comment acheter des produits sans cruauté animale

Imaginez que vous vous leviez le matin et que vous fassiez votre routine habituelle pour commencer la journée. Combien de produits différents appliquez-vous sur votre corps au moment où vous êtes prêt à franchir la porte ?

Pour beaucoup de gens, la liste comprendrait au moins le dentifrice, le savon, le shampooing et le déodorant. Mais beaucoup de gens peuvent aussi ajouter le revitalisant pour cheveux, le baume à lèvres, la crème solaire, les produits de rasage et toute une gamme de cosmétiques. Une enquête a révélé que le consommateur moyen utilise 9 produits différents chaque jour, et certains en utilisent 15 ou plus.

Naturellement, les entreprises qui fabriquent ces produits veulent s’assurer qu’ils ne causent aucun problème à leurs clients, comme la perte de cheveux ou des éruptions cutanées. Ainsi, avant de mettre un nouveau produit sur le marché, elles en testent la sécurité, souvent en le donnant à manger ou en l’appliquant à des animaux et en voyant comment il les affecte. Chaque année, des millions de lapins, de souris, de rats, de cochons d’Inde et d’autres animaux se voient frotter un assortiment de produits sur la peau, s’enduire les yeux ou être forcés des avaler ce qui entraîne souvent de graves douleurs, des maladies et la mort des animaux.

Cependant, il n’y a pas de loi réelle dans ce pays qui exige que ce type de produit soit testé sur des animaux. Elle qui est chargée de réglementer la sécurité des produits de soins personnels, exige des entreprises qu’elles testent l’innocuité des ingrédients qu’elles utilisent, mais elles peuvent utiliser tout test approprié et efficace. En fait, la FDA recommande officiellement aux entreprises de considérer d’abord les méthodes alternatives scientifiquement valables et de n’utiliser les tests sur les animaux qu’en dernier recours. Et dans certains pays et régions dont l’Union européenne, l’Inde et Israël;  les tests sur les animaux pour les cosmétiques sont en fait illégaux, et les produits testés sur les animaux ne peuvent pas y être vendus.

Pour toutes ces raisons, de nombreuses entreprises choisissent aujourd’hui d’éviter les tests sur les animaux. Certaines d’entre elles fabriquent des cosmétiques et d’autres produits de soins personnels avec des ingrédients éprouvés qui n’ont pas besoin d’être testés, tandis que d’autres s’appuient sur de nouvelles méthodes de test qui sont souvent plus précises – et moins coûteuses que les tests sur les animaux. Ces entreprises indiquent généralement que leurs produits sont sans cruauté. Donc, si vous ne voulez pas que vos achats soutiennent des entreprises qui font du mal aux animaux, les produits sans cruauté offrent une alternative plus douce.

Qu’est-ce que l’expérimentation animale ?

Une grande variété de produits sont testés sur des animaux. Les médicaments, les vaccins et les dispositifs médicaux de toutes sortes doivent passer par l’expérimentation animale avant d’être autorisés à être utilisés dans des essais sur l’homme. La législation exige également que certains autres produits, tels que les produits chimiques pour le jardinage, soient testés sur des animaux pour vérifier leur innocuité. Les cosmétiques et autres produits de soins personnels ne sont pas tenus de passer par des tests sur les animaux, mais les fabricants doivent prouver que les ingrédients qu’ils utilisent sont sûrs, et beaucoup ont recours à des tests sur les animaux pour ce faire.

Certaines personnes affirment que tous ces tests sur les animaux sont bons ou du moins nécessaires. Ils soulignent que les recherches effectuées sur les animaux, notamment pour les nouveaux médicaments, permettent de sauver des vies humaines. Donc, même s’il est regrettable que les animaux doivent souffrir, ils disent que cela vaut la peine de protéger les humains. Les tests sur les animaux sont une bonne chose.

Cependant, cet argument ne s’applique pas vraiment aux tests de cosmétiques et autres produits de soins personnels. Un nouveau médicament peut sauver des vies, mais tout ce qu’un nouveau déodorant peut faire, c’est vous faire sentir un peu mieux. Et il n’est même pas nécessaire d’avoir recours à l’expérimentation animale pour développer ce nouveau déodorant, car il existe de nombreux ingrédients efficaces dont on sait déjà qu’ils sont sans danger.

Bien sûr, les entreprises préfèrent toujours être en mesure de sortir de nouveaux ingrédients de haute technologie pour leurs produits, car c’est une façon pour elles de se démarquer de la concurrence. Les consommateurs sont plus susceptibles d’essayer une crème pour le visage qui est annoncée comme contenant un nouvel ingrédient miraculeux pour lutter contre les rides, car ils espèrent qu’elle fonctionnera mieux que tout ce qui a été sur le marché. Mais même si une entreprise dispose d’un tout nouvel ingrédient fabriqué en laboratoire, elle n’a pas nécessairement besoin de tester le produit chimique sur des animaux pour prouver qu’il est sûr. Il existe diverses autres méthodes scientifiques permettant de tester des substances sans utiliser d’animaux et les preuves suggèrent que nombre de ces nouvelles méthodes sont tout aussi efficaces que les tests sur les animaux, si ce n’est meilleures.

Types d’essais sur les animaux

Les entreprises effectuent plusieurs types de tests sur les animaux pour voir comment leurs produits de soins personnels pourraient affecter les humains. Elles utilisent couramment des animaux pour tester leurs produits dans les domaines suivants :

  • Sensibilisation de la peau. Les entreprises utilisent deux tests différents pour voir si un produit est susceptible de provoquer une réaction allergique qui affecte la peau. Dans un premier test, elles injectent la substance sous la peau de 32 cobayes et observent si la peau se met à démanger, à s’enflammer, à s’ulcérer ou à être douloureuse. Dans le second test, plus courant de nos jours car plus rapide, les scientifiques appliquent une substance sur les oreilles de 16 souris. Après avoir observé ses effets, ils tuent les souris afin de pouvoir retirer les ganglions lymphatiques situés près de leurs oreilles. Ils comptent ensuite le nombre de lymphocytes (un type de globules blancs) extraits du ganglion pour mesurer la réponse immunitaire.
  • Irritation de la peau et des yeux. L’un des tests sur animaux les plus connus est le test de Draize pour l’irritation de la peau et des yeux, qui est réalisé sur des lapins. Les scientifiques rasent la fourrure du lapin, appliquent la substance testée sur la peau nue et recherchent les dommages tels que les éruptions cutanées, les gonflements, la desquamation et les lésions. Ils mettent également la substance dans les yeux du lapin pour voir si elle provoque des rougeurs, des saignements, des troubles, des ulcères ou la cécité.
  • Toxicité aiguë. Les scientifiques utilisent le test limite pour déterminer la quantité d’une substance nécessaire pour tuer les animaux qui y sont exposés. Il s’agit d’une forme modifiée du test LD50, qui signifie dose létale 50%, car son objectif est de trouver la dose nécessaire pour tuer la moitié des animaux participant au test. La plupart des tests de toxicité aiguë sont effectués sur des rats, mais les tests de toxicité cutanée peuvent impliquer des lapins ou des cobayes. Les scientifiques gavent les animaux de la substance, l’appliquent sur leur peau rasée pendant 24 heures ou les placent dans un tube et les obligent à l’inhaler. Selon le test et la substance, les animaux peuvent souffrir de diarrhée, de saignements du nez ou de la bouche, de convulsions, de crises d’épilepsie ou de paralysie avant de mourir définitivement. Si plus de la moitié des animaux survivent au test, les scientifiques le répètent encore et encore avec des doses plus élevées jusqu’à ce qu’ils trouvent la quantité nécessaire pour tuer la moitié des animaux.
  • Toxicité à long terme. Les entreprises ne veulent pas seulement savoir à quel point une substance peut être nocive à haute dose – elles veulent aussi savoir comment elle pourrait affecter les gens à long terme. Dans un test, les scientifiques exposent des rats à une substance tous les jours pendant 28 ou 90 jours, puis les tuent et les dissèquent pour voir comment le produit chimique affecte leurs cellules et leurs organes. Dans un autre test, ils exposent les rats à la substance et leur font une prise de sang quotidienne pour voir à quel moment la substance chimique atteint sa concentration maximale dans leur sang. Ils tuent ensuite les rats à différents moments et examinent leurs organes pour observer comment la substance s’est déplacée dans leur corps au fil du temps. Dans l’essai le plus long, les scientifiques exposent 400 rats ou souris à la substance testée tous les jours pendant deux ans, puis les tuent et examinent leurs tissus à la recherche de signes de cancer ou d’autres maladies chroniques.
  • Effets sur la reproduction et le développement. Un dernier objectif de l’expérimentation animale est de découvrir comment une substance pourrait affecter les femmes enceintes ou leurs bébés en développement. Dans un test, les scientifiques exposent des centaines de rats mâles et femelles à la substance testée pendant deux à quatre semaines avant l’accouplement et continuent d’exposer la femelle tout au long de sa grossesse. Quatre jours après la naissance, ils la tuent, ainsi que les bébés rats, pour examiner leurs tissus. Un test encore plus long, appelé étude sur deux générations, consiste à prendre les bébés rats du premier type de test et à continuer à les exposer à la même substance tout au long de leur vie. Les rats qui survivent jusqu’à l’âge adulte sont ensuite accouplés et le test est répété avec la deuxième génération de femelles.

Dans la plupart des tests de laboratoire, tuer et disséquer l’animal fait partie du processus. Cependant, même lorsque les animaux survivent aux tests, ils ne sont plus d’aucune utilité pour les chercheurs, ils sont donc systématiquement tués dès que le test est terminé. Ils asphyxient les animaux, leur brisent le cou ou leur coupent la tête, généralement sans leur offrir le moindre soulagement de la douleur.

La fiabilité de l’expérimentation animale

Les groupes de protection des animaux soutiennent que l’expérimentation animale est non seulement cruelle mais inexacte. D’une part, les résultats des tests sur les animaux ne sont pas toujours clairs. Les tests d’un même produit chimique dans différents laboratoires ou même différentes séries de tests dans un même laboratoire donnent souvent des résultats différents.

Un autre problème est que les humains ne réagissent pas toujours de la même manière que les animaux de laboratoire lorsqu’ils sont exposés à la même substance. Par exemple, dans une étude publiée, les chercheurs ont comparé les résultats du test cutané de Draize chez les lapins avec un test épicutané de quatre heures chez les humains pour plusieurs produits chimiques différents. Ils ont constaté que sur les 16 substances qui irritaient la peau des lapins, seules cinq étaient irritantes pour l’homme.

En conséquence, les tests sur les animaux peuvent surestimer ou sous-estimer le risque qu’un produit chimique donné représente pour la santé humaine. Un rapport publié a montré que cela est particulièrement vrai lorsqu’il s’agit de tests de cancérogènes potentiels (substances cancérigènes). En examinant les données existantes sur les tests de cancer chez les rats, les chercheurs ont constaté que les tests identifiaient de nombreuses substances inoffensives comme cancérigènes tout en omettant de capter plusieurs substances connues pour provoquer le cancer.

L’utilisation de tests sur animaux non fiables peut entraîner des problèmes coûteux pour les entreprises. Par exemple, une entreprise pourrait lancer un nouveau produit qui semble parfaitement sûr sur la base des tests sur les animaux, pour découvrir lorsque les gens commencent à l’utiliser qu’il est en fait nocif pour les humains. Une telle situation pourrait entraîner un rappel de produit coûteux et embarrassant, une perte d’activité, voire une action collective de consommateurs. Dans le même temps, de nombreux produits potentiellement utiles ne sont jamais mis sur le marché en raison de l’échec des tests sur les animaux, même s’ils seraient en fait sûrs pour les humains.

produits

Alternatives aux tests sur les animaux

Même si les tests sur les animaux ne sont pas toujours fiables, il pourrait toujours être logique pour les entreprises de les utiliser si elles n’avaient aucun autre moyen de tester leurs produits. Mais de nos jours, ce n’est tout simplement pas le cas. Il existe de nombreux nouveaux types de tests de sécurité chimique qui s’appuient sur des cellules et des tissus humains, des modèles informatiques, des tissus synthétiques ou des organes provenant d’animaux déjà morts, plutôt que d’animaux vivants.

Par exemple, des versions synthétiques de la peau humaine, comme EpiDerm et SkinEthic, peuvent être utilisées à la place de la peau de lapin pour tester les produits chimiques en termes de corrosion et d’irritation de la peau. De nouvelles méthodes d’essai permettent également de tester l’irritation des yeux en utilisant les yeux de bovins et de poulets abattus pour leur viande, plutôt que des lapins vivants.

C’est un partenaire de la Humane Society, répertorie plus de 80 tests de sécurité sans animaux qui ont été approuvés par des organismes de réglementation. Ces tests sans animaux sont souvent plus rapides, moins chers et plus précis que les anciens tests sur les animaux. C’est pourquoi la FDA recommande officiellement aux entreprises d’explorer d’autres méthodes d’essai avant de recourir aux tests sur les animaux et si elles utilisent des animaux, d’utiliser les méthodes les plus humaines disponibles et d’obtenir le plus d’informations possible avec le moins d’animaux possible. La FDA recommande également aux fabricants de ne pas utiliser d’animaux pour leurs tests.

Un autre moyen pour les fabricants de réduire leur recours aux tests sur les animaux est d’éviter d’utiliser de nouveaux produits chimiques qui nécessitent des tests. Il existe des milliers d’ingrédients disponibles qui sont connus pour être sûrs, soit parce qu’ils ont déjà été testés, soit parce qu’ils sont utilisés en toute sécurité depuis des décennies. De nombreuses entreprises socialement responsables s’appuient exclusivement sur ces ingrédients pour fabriquer des cosmétiques et autres produits de soins personnels sans cruauté.

Les lois sur l’expérimentation animale

Les lois sur l’utilisation de l’expérimentation animale varient considérablement d’un pays à l’autre. En Chine, par exemple, le gouvernement effectue des tests sur les animaux pour tous les produits cosmétiques vendus dans le pays. Cela signifie que même si un produit a été développé sans aucun test sur les animaux, il ne peut pas être vendu en Chine sans soumettre les animaux à des procédures de test douloureuses. Le gouvernement du Brésil exige également des tests sur les animaux pour certains types de produits cosmétiques.

En revanche, dans d’autres pays, l’expérimentation animale pour les cosmétiques est interdite par la loi. L’Union européenne, Israël et l’Inde ont tous interdit la vente de tout cosmétique ou ingrédient cosmétique ayant été testé sur des animaux. La FDA n’exige pas l’expérimentation animale pour les cosmétiques et autres produits de soins personnels, mais elle ne l’interdit pas non plus. Les entreprises individuelles obtiennent de prendre la décision de recourir aux tests sur les animaux ou de s’appuyer sur des méthodes de test modernes et des ingrédients sans cruauté. Cependant, l’interdiction des tests sur les animaux en Europe oriente davantage d’entreprises vers l’expérimentation animale, car elles ne peuvent plus vendre leurs produits en Europe s’ils ont été testés sur des animaux.

Les lois sur les animaux utilisés dans la recherche

Les entreprises qui choisissent d’utiliser des tests sur les animaux doivent respecter l’Animal Welfare Act (AWA), la seule loi qui protège les animaux de laboratoire. Cette loi stipule que certains types d’animaux – notamment les chiens, les chats, les lapins, les cochons d’Inde et la plupart des autres créatures à sang chaud – ont droit à une alimentation, un logement et des soins vétérinaires appropriés, qu’ils soient gardés comme animaux de compagnie ou utilisés pour la recherche.

Cependant, les protections de l’AWA sont extrêmement limitées. Pour commencer, la loi exclut spécifiquement les rats, les souris et les oiseaux qui ont été élevés pour être utilisés dans la recherche. Selon la New England Anti-Vivisection Society (NEAVS), une association de protection des animaux, ces espèces représentent ensemble plus de 90 % de tous les animaux utilisés dans la recherche – la plupart ne sont donc pas du tout couverts par l’AWA. Et même les animaux de laboratoire qui sont couverts, comme les lapins et les cochons d’Inde, sont toujours autorisés à être soumis à des procédures douloureuses telles que le test de Draize.

En théorie, selon l’AWA, les scientifiques qui travaillent avec des animaux de laboratoire sont tenus de veiller à ce que la douleur et la détresse des animaux soient minimisées grâce à des médicaments antidouleur et d’autres traitements vétérinaires. Cependant, le ministère de l’Agriculture, qui est chargé de faire appliquer l’AWA, ne dispose que de 115 inspecteurs pour couvrir plus de 7 750 installations autorisées qui travaillent avec des animaux – ce qui est loin d’être suffisant pour s’assurer que les règles sont respectées partout. Et même lorsque les contrevenants sont pris, l’amende maximale qu’ils peuvent payer est de 10 000 euros pour chaque infraction – une goutte d’eau dans l’océan pour un laboratoire qui gagne des millions d’euros par an grâce à la recherche sur les animaux. Des amendes aussi faibles ne font pas grand-chose pour décourager les laboratoires d’enfreindre à nouveau l’AWA dès que les inspecteurs ont le dos tourné.

Faire le tour des produits sans cruauté

Si vous êtes opposé à l’expérimentation animale, l’une des choses les plus utiles que vous pouvez faire pour la combattre est de refuser d’acheter des produits de soins personnels provenant d’entreprises qui pratiquent des tests sur les animaux. Choisir des alternatives sans cruauté est plus qu’une simple déclaration personnelle – c’est aussi un moyen d’influencer le marché. Plus les clients rejettent les produits d’une entreprise, plus ses résultats financiers en pâtissent – et c’est le meilleur moyen d’attirer son attention et de la persuader de modifier ses pratiques.

Le plus gros problème du shopping cruelty free est de savoir quels produits sont testés sur des animaux et lesquels ne le sont pas. Heureusement, les groupes de protection des animaux tels que PETA et The Humane Society ont fait un petit travail pour vous aider. Ces groupes tiennent à jour des listes d’entreprises qui pratiquent ou non des tests sur les animaux. Ils proposent également des logos que les entreprises peuvent licencier pour montrer que leurs produits sont sans cruauté, afin que les clients puissent les trouver facilement dans les rayons des magasins.

Étiquetage sans cruauté

Bien que les entreprises étiquettent parfois leurs produits comme non testés sur les animaux, ces affirmations peuvent être trompeuses. Par exemple, il est possible qu’un produit fini portant cette étiquette n’ait pas été testé sur des animaux, mais que les ingrédients du produit l’aient été. Il est également possible que l’entreprise elle-même n’ait pas effectué de tests sur les animaux, mais qu’elle ait ensuite vendu le produit en Chine, où il a dû subir des tests sur les animaux pour arriver dans les rayons des magasins.

Si vous voulez que les produits que vous achetez soient soumis à des normes plus strictes, vous pouvez rechercher les logos cruelty-free, comme celui du Leaping Bunny. Tous les produits portant ce logo doivent répondre aux normes strictes de la Coalition pour l’information des consommateurs sur les cosmétiques (CCIC), une organisation parapluie formée par huit groupes différents de protection des animaux

Les produits certifiés par la Coalition pour l’information des consommateurs sur les cosmétiques (CCIC) ne sont pas des produits cruels.

Pour être certifiée par la CCIC, une entreprise doit répondre aux critères suivants :

  • Elle ne teste aucun de ses produits sur les animaux.
  • Elle n’utilise aucun ingrédient qui a été testé sur des animaux après sa date butoir fixe (la date à laquelle l’entreprise a été certifiée).
  • Elle ne vend aucun produit dans les pays étrangers où les tests sur les animaux sont obligatoires.
  • Tous ses fournisseurs, tant pour les produits finis que pour les ingrédients, signent des déclarations indiquant qu’ils n’ont recours à aucun test sur les animaux.
  • Un audit indépendant de l’entreprise par une société sélectionnée par le CCIC montre que tous ses fournisseurs tiennent cette promesse.

Une entreprise n’a pas à payer pour obtenir la certification CCIC. Cependant, pour utiliser le logo Leaping Bunny, elle doit payer un droit de licence unique, qui varie en fonction des ventes annuelles de l’entreprise. Cette échelle mobile permet aux petites entreprises d’obtenir une licence pour le logo à un prix qu’elles peuvent se permettre.

Un autre label sans cruauté pour les produits est le logo Beauty Without Bunnies de PETA. Les normes de PETA pour les entreprises cruelty-free sont à peu près les mêmes que celles du CCIC, mais elle n’est pas aussi stricte pour les faire respecter. Pour figurer sur la liste cruelty-free de PETA, il suffit à une entreprise de remplir un court questionnaire et de signer une déclaration promettant de ne recourir à aucun test sur les animaux.

Une fois qu’elle figure sur la liste, l’entreprise peut obtenir une licence du logo Beauty Without Bunnies pour un montant unique de 100 euros. Il existe deux versions du logo : Cruelty-Free et Cruelty-Free &amp ; Vegan. Les produits portant la deuxième version sont garantis non seulement exempts de tests sur les animaux, mais aussi totalement exempts d’ingrédients d’origine animale.

Guides d’achat sans cruauté

Regarder les logos de PETA et du CCIC n’est qu’une façon de trouver des produits sans cruauté. Ces deux organisations tiennent également à jour des listes en ligne de toutes les entreprises cruelty-free qui sont enregistrées auprès d’elles.

Ces listes peuvent être utiles lorsque vous achetez des produits de soins personnels en ligne. Si vous voyez une marque que vous ne reconnaissez pas, vous pouvez simplement cliquer sur la liste des marques approuvées par Leaping Bunny et rechercher le nom de l’entreprise. Vous pouvez également taper le nom de la marque dans la page de recherche de PETA pour savoir s’il s’agit d’une entreprise enregistrée ou d’une entreprise connue pour ses tests sur les animaux (ou qui n’est tout simplement pas répertoriée).

Les guides d’achat sans cruauté peuvent également être pratiques pour les achats en magasin. Certaines entreprises certifiées par le CCIC ou PETA n’ont pas payé pour obtenir une licence pour leurs logos, donc si vous voyez un produit qui n’a pas de logo cruelty-free, vous pouvez utiliser votre smartphone pour faire une recherche rapide afin de vérifier l’entreprise. PETA et Leaping Bunny ont tous deux des applications d’achat que vous pouvez télécharger pour iPhone ou Android

Il s’agit d’une application de recherche de produits.

Si vous n’avez pas de smartphone, les deux entreprises proposent des guides d’achat sous forme imprimée. Sur le site, vous pouvez vous faire envoyer gratuitement par la poste un guide au format portefeuille, ou vous pouvez télécharger le guide et l’imprimer vous-même. PETA propose également un guide imprimé gratuit, mais vous devez vous inscrire sur la liste de diffusion de PETA pour en recevoir un exemplaire. Cela signifie que vous recevrez une copie du bulletin d’information de PETA chaque mois, ainsi que des coupons et d’autres offres d’entreprises cruelty-free.

Entreprises qui font et ne font pas de tests sur les animaux

Plusieurs grandes entreprises qui fabriquent des cosmétiques et d’autres produits de soins personnels ont encore recours à l’expérimentation animale à un moment ou à un autre du processus de développement. Ces conglomérats géants, à leur tour, possèdent de nombreuses entreprises plus petites, de sorte que la plupart des marques sur les étagères de votre pharmacie locale sont fabriquées par eux.

Les grandes entreprises qui testent sur les animaux, et certaines de leurs marques les plus populaires, sont les suivantes :

  • Church &amp ; Dwight (Arm &amp ; Hammer, Close-Up, Mentadent, Nair)
  • Estée Lauder (Clinique, MAC Cosmetics, Origins)
  • GlaxoSmithKline (Aquafresh, Biotene, Sensodyne)
  • Johnson &amp ; Johnson (Band-Aid, Clean &amp ; Clear, Lubriderm, Listerine, Neutrogena, Stayfree)
  • L’Oreal (Garnier, Giorgio Armani, Matrix, Maybelline, Redken)
  • Procter &amp ; Gamble (Always, Clairol, Crest, Gillette, Head &amp ; Shoulders, Herbal Essences, Ivory, Olay, Old Spice, Pantene, Secret, Scope, Vidal Sassoon)
  • Revlon (Almay, Mitchum)
  • Unilever (Caress, Degree, Dove, Nexxus, Noxzema, Ponds, St. Ives, Suave, TRESemmé, Vaseline)

Cependant, il y a aussi des centaines d’entreprises sur les sites de PETA et de Leaping Bunny qui ont choisi d’éviter les tests sur les animaux. Parmi les plus connues, on peut citer :

  • Alba Botanica
  • Aveda
  • Beauté sans cruauté
  • The Body Shop
  • Burt’s Bees
  • Savons magiques de Dr. Bronner
  • Produits respectueux de la terre
  • E.L.F. Cosmetics
  • LUSH Cosmetics
  • NYX Los Angeles Inc.
  • Paul Mitchell
  • Physicians Formula
  • Smashbox Cosmetics
  • Tom’s of Maine
  • Urban Decay
  • wet n wild
  • Yes To Inc.

Mot final

Shopping cruelty free n’est qu’une façon de lutter contre l’expérimentation animale. Vous pouvez également travailler pour changer les lois qui exigent des tests sur les animaux pour les médicaments et les produits chimiques ménagers, et adopter de nouvelles lois qui interdisent les tests sur les animaux pour les cosmétiques. Un tel projet de loi, le Humane Cosmetics Act, a été introduit à la Chambre des représentants en juin 2015. Vous pouvez lire le texte du projet de loi sur le site de la Chambre et contacter votre représentant pour l’exhorter à le soutenir.

Une autre façon de lutter contre l’expérimentation animale est de soutenir les groupes de défense des droits et du bien-être des animaux dans leur travail. PETA, par exemple, finance la recherche de méthodes d’expérimentation sans animaux et travaille avec les organismes de réglementation pour que ces méthodes soient plus largement acceptées. Des groupes tels que The Humane Society et le NEAVS s’efforcent également d’éduquer le public sur l’expérimentation animale, de faire évoluer les mentalités et, en fin de compte, de faire évoluer les lois.

À long terme, les militants espèrent changer les lois et mettre fin aux tests sur les animaux partout. Mais en attendant, faire ses achats sans cruauté vous donne un moyen de soutenir les entreprises sans cruauté et de contribuer à encourager d’autres entreprises à adopter des méthodes sans cruauté. En fin de compte, une combinaison des deux stratégies – militantisme et achats sans cruauté – peut faire plus pour apporter des changements que l’une ou l’autre à elle seule.

Comment vous sentez-vous par rapport aux tests sur les animaux ?

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0